Situé à quelques mètres de cette enclave géographique, sous la mer, reposent les restes d'un navire de l'époque romaine, qui suivait la route commerciale entre Tarraco et le port de Tortosa.

Cette plage a été déclarée espace d'intérêt naturel par la Generalitat de Catalunya en 1992. C'est un espace qui abrite l'une des zones humides de la côte catalane. Il abrite des espèces uniques associées aux variations de salinité, certaines d'entre elles étant mises en évidence par leur état de conservation.

Bien que les études archéologiques manquent pour le confirmer, les restes de poterie et d'autres ustensiles trouvés dans la région suggèrent que, même avant les Ibères, des groupes de personnes passaient des saisons dans cette région à la recherche de nourriture que la mer leur donnait.

La batterie de la Costa de l'Ametlla de Mar, connue sous le nom de Las Fortifications, faisait partie de la fortification de la côte catalane pendant la guerre civile espagnole (1936-1939), par la Generalitat de Catalunya et la Seconde République espagnole. L'emplacement de ce complexe militaire est donné par sa situation privilégiée dominant tout le golfe de Sant Jordi. La batterie Costa de l’Ametlla de Mar dispose de trois plates-formes de tir pour placer les obus et 4 entrées à l’intérieur. Deux entrées se trouvent sur la route principale et ont été utilisées pour alimenter le magasin et les pièces de rechange. Les deux autres sont situés aux extrémités de la plate-forme de tir et ont fourni des munitions aux obus.

La zone humide de la plage de Santes Creus a été déclarée espace d'intérêt naturel par la Generalitat de Catalogne. Ce chiffre ne prend pas seulement en compte la plage et ses lagunes de cet espace mais inclut également le Puerto de l'Estany, la zone maritime jusqu'à 30 m de profondeur donnant une couverture aux herbiers marins et à l'ensemble du littoral à la pointe de l'Àliga.

Tout au long du parcours, des fortifications de Port Olivet jusqu'à la fin du trimestre, à la plage de l'Aguila, nous trouverons des fouilles en forme de tranchée qui, comme la précédente, appartenaient au côté républicain.